Select Page


Remark l’auteure-compositrice et interprète londonienne Beabadoobee est passée de l’état de lycéenne à phénomène indie incontournable 

Il y a trois ans, Bea Kristi, sous le nom de Beabadoobee, a mis en ligne sur sa chaîne YouTube une chanson d’amour low-fi, intitulée « Espresso ». A cette époque, personne ne savait qu’en réalité, il s’agissait de sa première chanson jamais écrite. « Je suis rentrée de l’école un jour, je pense que mon père avait remarqué que je déprimais et que je m’ennuyais un peu, alors il m’a acheté une guitare d’event, » se souvient la musicienne de 20 ans. Elle a écrit « Espresso » avec cette nouvelle gratte sans trop y réfléchir – « Le tempo change à mi-chemin, c’est complètement débile », dit-elle maintenant avec du recul. Le clip de la chanson, publié en mars dernier, comptabilise aujourd’hui plus de deux tens of millions de vues.

Soiled Hit, The 1975 et Stephen Malkmus

Les labels lui ont tendu la important et, du jour au lendemain, les followers aussi (à sa grande shock). Plus tard, elle conclut un contrat d’enregistrement avec Soiled Hit, rejoignant ainsi les rangs de Wolf Alice, de Rina Sawayama et The 1975. Elle a tiré le meilleur parti de ce partenariat : même en quarantaine, elle travaille avec le frontman des 1975, Matty Healy, et le batteur George Daniel. « Je connais bien Matthew, il m’envoie toujours de la musique, dit-elle. J’espère que lorsque tout cela sera terminé, avec les membres de mon groupe, Matty et George, nous ferons quelque selected – quelque selected de petit, mais quelque selected. »

« J’étais très mal à l’aise avec moi-même. »

Kristi, qui se produit désormais exclusivement sous le nom de Beabadoobee (tiré de son ancien pseudo Instagram), trouve généralement l’inspiration en écrivant dans sa chambre. Cette façon de faire n’a pas rendu l’isolement moins angoissant. « J’ai eu une très mauvaise période de sécheresse d’écriture, dit-elle, et la quarantaine rend cela difficile, automotive il n’y a rien d’autre à faire. » Comme tout ado qui se respecte, elle passe le temps qu’elle peut à scroller son fil Instagram, affichant des selfies miroir qui mettent en valeur ses guitares, ses cheveux (souvent décolorés) et sa assortment de pulls surdimensionnés (90’s vibe solely !). Elle s’inquiète néanmoins pour ses dad and mom, qui travaillent tous deux pour le service nationwide de santé britannique, ainsi que pour ses amis, eux aussi coincés chez eux. « On se reverra très bientôt. »

Trois EP pour mûrir…

En grandissant, Kristi a fréquenté une école catholique exclusivement féminine. Là-bas, le fait d’être la seule élève philippine rendait l’intégration particulièrement difficile. « Je me souviens que je ne savais pas trop quoi porter, confie la musicienne. J’étais très mal à l’aise avec moi-même. »

Elle a ensuite baigné dans les airs folkloriques acerbes de Kimya Dawson, une des premières influences clés de sa carrière, après avoir regardé Juno lors d’un cours d’éducation religieuse. Kristi se souvient de la mise en garde nauséabonde de ses enseignants : « C’est un movie sur la grossesse chez les adolescentes – faites consideration, ce n’est pas du tout à retenir et à copier. » Fidèle à elle-même, Beaba n’a analysé qu’une selected, ce qui lui importait : « Je me disais juste que c’était un movie tremendous, que la musique était géniale. » Bon level.

« C’est la manière dont Kurt Cobain écrivait les chansons. Elle n’a pas de formation musicale, mais elle glisse sa important sur la guitare. »

Avec le temps, Kristi a trouvé du réconfort grâce à la musique, qui est finalement devenue sa voie vers l’acceptation de soi. Ses premiers EPs sous le nom de Beabadoobee ont suivi la même formule gagnante que « Espresso ». Autre succès viral ; une reprise de « The Moon Music » de Karen O : accords de guitare simples, manufacturing low-fi, paroles mélancoliques qui frisent le twee. De temps en temps, elle s’aventure dans autre selected, comme sur « If You Need To » de son EP Patched Up, où elle branche sa guitare sur son ampli, ajoute un peu de batterie et prend un rôle plus affirmé dans sa efficiency vocale.

…s’émanciper sur les ondes…

Sur son EP Loveworm, sorti plus tard en 2019, elle expérimente davantage, avec son son imprégné des années 90. Elle s’encourage de la réverb’ de My Bloody Valentine et de Sonic Youth, de l’écriture de Life With out Buildings et Elliott Smith. A ce propos, elle s’est même tatouée « XO » sur le bras…

En octobre dernier, elle type son dernier EP House Cadet. Par la même event, elle a fait la première partie de la tournée de Clairo, autre princesse de l’alt-rock révélée en cours d’année. Pour ce dernier projet, elle s’est inspirée de sa fascination pour la génération Z, les étoiles et astres. « On écrit inconsciemment sur l’espace parce qu’on le voit partout », dit-elle en riant. Des titres comme « She Performs Bass » et « Solar Extra Typically » trouveraient très bien leur place dans la programmation d’une station FM alt-rock, située entre Smashing Pumpkins et Silversun Pickups.

Elle a même rendu hommage à l’un de ses héros dans « I Want I Was Stephen Malkmus » – bien qu’on aurait tort de qualifier cette chanson « d’imitation bon marché » de Pavement. En effet, sur le plan des paroles, c’est tout à fait Kristi. « Je voulais du changement, personne ne l’a forcé/Mes cheveux sont bleus, c’est assez évident/Que j’aime un peu ça. »

…et en venir, enfin, à l’album

« Elle a un sens instinctif et intuitif de la musique, ainsi que de très bons goûts, » commente le producteur Pete Robinson, qui a travaillé avec Kristi sur les deux EP Loveworm et House Cadet. « C’est la manière dont Kurt Cobain écrivait les chansons. Elle n’a pas de formation musicale, mais elle glisse sa important sur la guitare. Souvent, les sons qui lui viennent à l’esprit sont en fait assez compliqués techniquement. »

Robinson travaille actuellement avec Kristi pour son premier album, dont la sortie est fixée pour plus tard dans l’année… Alors même que la pandémie de Covid-19 proceed d’embrasser le monde. Heureusement pour Beabadoobee et son groupe, presque tout l’enregistrement nécessaire à l’album avait déjà été bouclé. Le premier single a même été dévoilé la semaine dernière. « Care » s’écoute ci-dessous :

Malgré la folle route du succès qui semble s’offrir à elle, Kristi ne compte pas s’engager dans une carrière musicale pour toujours. Elle a même confié qu’elle aimerait devenir enseignante, peut-être même composer des chansons pour les écoles maternelles.

« Je veux vraiment continuer à faire de la musique en parallèle, dit-elle cependant. Et peut-être écrire des livres pour enfants. Ça serait fou. »


Tout sur Beabadoobee et Soiled Hit.

Suivez-là sur les réseaux sociaux.

Propos recueillis par Claire Shaffer



Supply hyperlink